lundi 2 octobre 2017

Petite histoire (vraie) du lundi

Le lundi, on le sait, c'est dur. Et moi j'en rajoute avec la lecture d'un looonnnnggg texte. Pardon.
C'est qu'il faut que je vous conte une petite anecdote, vieille de deux jours.

Ma famille et moi vivons à la campagne, très en campagne d'ailleurs. A la maison, on compte cinq bipèdes, 8 si on n'oublie pas les cocottes. Nous sommes également accompagnés de deux chiens, deux chats, des poissons... Sans oublier les stars de la maison, les pelotes sur pattes : les alpagas. Bref, la vie emplie les lieux.

Mais ça, c'est juste pour planter le décor. Voici maintenant l'histoire :

Ce samedi, alors que nous lardions au soleil dans le jardin, en compagnie de nos chiens et nos alpagas, nous remarquons un détail un peu étonnant.

Indie (ma reine mère : Madame Alpaga), qui paissait tranquillement jusqu'alors, se redresse un peu vivement pour aller foncer (non violemment bien que franchement) dans Bouzy (son chéri) qui me semblait à peu près aussi réactif que moi : en mode WE. 

Que Monsieur titille Madame, nous en avons l'habitude, c'est même une "technique de drague" de base... Mais l'inverse n'est pas banal.

Indie pousse Bouzy à sortir du paddock pour venir dans notre direction... 

Là, on se dit qu'Indie n'assume pas de venir nous réclamer ses granulés du jour elle-même et qu'elle envoie Bouzy en opération "gourmandise". Mais non, Bouzy et Indie passent devant nous au pas de course pour aller se figer dans le bas du jardin, le long de la clôture, leurs quatre yeux fixés sur un même point.

(C'est là qu'il faut que je vous explique que mon Bouzy [bon bah Indie aussi vraisemblablement] est un véritable garde du corps qui n'hésite pas à nous signaler toute situation suspecte : chiens errants, chevreuils qui traversent le pré, un sanglier même, que je n'ai pas vu mais dont le voisin m'a expliqué les dégâts occasionnés non loin. Il me dit aussi quand les chiens de la maison font des bêtises PARFOIS...).

Bref, du coup, on cherche ce qui ne va pas : face à nous, dans le pré d'à côté, un magnifique renard est là, immobile, qui nous regarde avec attention. Visiblement il a embêté un groupe de corneilles (elles sont quatre à voler au dessus de lui). Il reste un moment comme ça à nous observer. Nous faisons de même, puis se décide à poursuivre son chemin, au petit trot comme s'il n'avait peur de rien, escorté par les oiseaux.

Magnifique scène.

PS : Il est fort probable que vous entendiez dire de l'alpaga qu'il protège son troupeau des renards et autres prédateurs. Vous en voilà la preuve !!

Et mes deux chiennes n'ont jamais rien remarqué.!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire